Rifonline.net
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Opinions

La vie infernale des « femmes mulets » amazighes marocaines [Dr Mohamed Chtatou]


Lundi 9 Octobre - 00:11

La vie infernale des « femmes mulets » amazighes marocaines [Dr Mohamed Chtatou]


Récemment, les projecteurs des médias du monde entier ont été braqués sur les milliers de migrants en attente, en Grèce ou les pays d'Europe de l'Est, d'être admis dans l'Eldorado européen. Beaucoup d'entre eux viennent de la Syrie, échappant à la guerre et à la persécution auxquelles ils sont soumis par a la fois le régime inhumain d'Assad et la machine militaire infernale de l’Etat islamique. Parmi eux, cependant, il ya des milliers de réfugiés économiques en provenance de l’Afrique subsaharienne et de l’Afrique du Nord, à la recherche de meilleures conditions de vie dans la dignité.
 
A d’autres postes de contrôle frontalier européens, des centaines de pauvres femmes marocaines d'origine amazighe (berbère) attendent chaque matin pour entrer dans les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla afin d’être utilisées comme mulets porteadoras pour transporter de volumineux et lourds ballots de marchandises de contrebande, à écouler sur le territoire marocain.


« Femmes mulets » amazighes du nord marocains transportant des marchandises de contrebande
« Femmes mulets » amazighes du nord marocains transportant des marchandises de contrebande
Selon le New York Times, la ville de Melilla vend l'équivalent de 300 millions de dollars US par an de marchandise de contrebande dans ce commerce transfrontalier sale et honteux, ce qui permet à maintenir cette ville à flot et justifie le silence du gouvernement espagnol sur cette exploitation flagrante et condamnable des femmes du Maroc voisin.

Le commerce de la honte

Le 8 mars de chaque année, les pays, partout autour du globe, célèbrent  la journée mondiale de la femme, mais hélas, les  femmes continuent à être exploitées, violées et maltraitées partout et rien n'est fait pour y mettre fin, une fois pour toute. Au Maroc, il ya des dizaines d'associations de femmes et d'organisations de droits de l'homme qui se réunissent dans des hôtels chics pour discuter de différents sujets autour de mets délicieux et de boissons exotiques et de publier des rapports pompeux de réalisations au profit de la cause féminine. Toutefois, Ils n'ont jamais discuté ou débattu de la souffrance des « femmes mulets » du nord marocain, encore moins de militer pour attirer l'attention des autorités sur leur situation inhumaine.

Ces femmes, dans leur majorité, sont victimes de la trinité de la misère: pauvreté dégradante, analphabétisme oppressif et féminité «honteuse». Dans la région du Rif, au nord du Maroc, les femmes continuent d'être maltraitées en raison de leur sexe par une culture tribale paralysante: elles travaillent dur pendant la journée dans les champs et la nuit dans les lits matrimoniaux. Elles sont souvent mariées dès leur jeune âge, puis sont abandonnées par leurs conjoints avec des enfants  à charge et doivent, par conséquence, travailler dur pour subvenir à leurs besoins. En un mot, leurs vies sont une lutte effrénée pour la survie, en un mot un enfer, dans l'indifférence totale de la société.

Victimes de cette trinité douloureuse, ces femmes sont contraintes de migrer vers les villes frontalières pour travailler comme des «mulets», sachant qu'elles seront exploitées sans scrupules par les mafias commerciales marocaines et espagnoles. Ces dames indigentes ne sont pas seulement exploitées par ces « syndicats » de crime, mais sont aussi traitées comme des animaux par la police des frontières espagnoles, les poussant, les insultant et les battant. Du côté marocain, elles ne sont pas traités mieux, pour autant, et en plus du mauvais traitement, elles doivent payer des pots-de-vin à la police des frontières et aux douaniers marocains voraces et sans pitié.

Alors que les mafias commerciales gagnent des millions d'euros par an des deux côtés de la frontière, avec peu d'efforts et d’investissement, ces femmes doivent travailler quotidiennement sous le fardeau des énormes balles qu'elles doivent transporter depuis les deux enclaves espagnoles vers le territoire marocain , pour un maigre salaire journalier de 50 dh (l'équivalent de 5 euros), une misère en perspective.

8 milles « femmes mulets » amazighes travaillent quotidiennement entre Ceuta et Melilla et le territoire marocain dans cet esclavage moderne
8 milles « femmes mulets » amazighes travaillent quotidiennement entre Ceuta et Melilla et le territoire marocain dans cet esclavage moderne

Les "femmes mulets" des villes frontalières n'ont pas de salaire fixe garanti et, par conséquent, aucune assurance maladie. En faisant ce travail, elles sont parfois victimes de chutes aux portes de la frontière chose qui leur cause des fractures de membres et beaucoup de misère. Les commerçants mafieux, au lieu de s’occuper d’elles les jettent à la rue et les remplacent, sur le champ,  par d’autres femmes plus aptes tout en les laissant  souffrantes et sans moyens matériels  pour se soigner.
 
Conspiration de silence et d'intérêt commun
 
L'exploitation honteuse de ces pauvres « femmes mulets » se poursuit depuis des années et il semble y avoir un accord tacite entre le Maroc, l'Espagne et l'Union européenne pour perpétuer ce commerce de la honte et cet esclavage économique moderne des femmes marocaines indigentes.
 
Le Maroc a fait très peu pour développer la région du Rif depuis l'indépendance, simplement parce que cette région a toujours été rebelle, à travers l'histoire : bled as-siba. En raison de l'indifférence du gouvernement central, les hommes de la région se sont tournés vers la culture du cannabis, dont la résine est exportée vers l'Europe. Quant aux femmes, souvent chefs de familles monoparentales, démunis et stigmatisés, elles se sont tournées vers le commerce transfrontalier sachant pertinemment qu'elles seront exploitées et mal traitées, mais c'est leur seul moyen de subvenir aux besoins des leurs. Toutefois, le Maroc officiel fait la sourde oreille à cette affaire honteuse, soi parce qu'il n’est pas disposé à développer la zone, ou soi que, pour le moment, ce n'est pas une priorité politique pour élus locaux.
 
L'Espagne, cette démocratie européenne qui est censée défendre les droits de l'homme et défendre les femmes sur son territoire et dans le monde, semble considérer le sort de ces femmes indignes de son attention et, pire, elle encourage ce commerce honteux pour un gain commercial égoïste afin de maintenir les enclaves de Ceuta et Melilla à flot et, par conséquent, sous son contrôle colonial tout en refusant obstinément de les céder ainsi que quelques îles voisines au Maroc et restent, ainsi, les derniers avant-postes coloniaux européens dans le monde.
 
L'Espagne colonisa Ceuta en 1668; Il s'agit d'une petite bande de terre de 7,1 miles carrés et Melilla est passée sous son contrôle en 1479, quelques années avant la Reconquista et la chute de la Grenade en 1492, et c'est une petite bande, aussi, de 4,7 miles carrés, mais les deux villes sont d’importance géostratégique et commerciale pour ce pays européen.
 
L'Union européenne considère, honteusement, ces dernières colonies européennes d’Afrique comme un sol européen propre et toute entreprise militaire visant à les libérer par le Maroc comme une attaque militaire frontale contre l'UE ce qui mènera automatiquement et immédiatement à une action de défense commune. Cependant, l'Union européenne n'a pas sanctionné le gouvernement espagnol pour ce commerce transfrontalier honteux entrepris par la mafia locale tout en exploitant les «femmes mulets» marocaines, bien qu'elle défende, bec et ongles, les droits de l'homme et, en particulier, les droits des femmes et leur autonomisation dans le monde entier. Donc, ne pas dénoncer vigoureusement cette exploitation honteuse des femmes non européennes c’est maintenir un double standard et faire preuve d'hypocrisie pour plaire à un membre du « syndicat ».

Les « femmes mulets » amazighes marocaines maltraitées par la Guardia Civil espagnole
Les « femmes mulets » amazighes marocaines maltraitées par la Guardia Civil espagnole
Le drame se poursuit dans la honte totale et le mutisme mortel
 
Alors que le monde entier prétend défendre les droits humains et de lutter contre l'esclavage moderne et l'exploitation économique des femmes indigentes, analphabètes et sans défense, l'Union européenne, l'Espagne et le Maroc se sont ligués, de manière condamnable, à exploiter ces « femmes mulets » amazighes, loin des projecteurs des médias et de la politique. Toutefois, en attendant, ces pauvres « femmes mulets » continuent à souffrir, en silence, sans solution en vue de leur situation inhumaine, dans un proche avenir.
 
Et tandis que tout le monde célèbre la journée des femmes le 8 mars de chaque année, comme symbole de l'émancipation des femmes, le drame des « femmes mulets » continue ainsi que l’hypocrisie humaine, qui ne semble avoir point de limite.
 
Et l’exploitation inhumaine des « femmes mulets » amazighes marocaines continue inlassablement…salut à bon entendeur.



Restez en contact avec le Rif, Suivez Rifonline.net sur FB


Pour le même auteur:






Restez en contact avec Rifonline.net en vous abonnant à notre page Facebook



Rif | Maroc | Marocains du Monde | Monde | Sports | Culture | Opinions | Vidéos | En Continu | Autre | News TV | Apprendre le rifain








Document sans nom