Rifonline.net
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Opinions

Dédicace !!! (De la part de Aylan, l’enfant syrien échoué sur une plage turque)


Mercredi 30 Septembre - 01:08

Dédicace !!! (De la part de Aylan, l’enfant syrien échoué sur une plage turque)

Ecrit par Jaafar Hanafi, Pour Rifonline

Maintenant que mon petit corps gît sur un sable doré, ma petite tête caressée par des écumes immaculées comme ce linceul qui m’enveloppera à jamais dans ma petite et ultime demeure…

Maintenant que le monde entier braque son regard et ses caméras sur mon petit corps…

Maintenant  que suis loin des décombres, des cris, des bombes, des kalachnikovs des… et des….

Maintenant oui, je peux témoigner…

J’ai laissé des enfants comme moi, jouer entre les décombres, jouer avec des débris ou cherchant un petit jouet qu’ils ne trouveront jamais…

J’ai laissé des enfants comme moi s’accrocher à leurs mères, écouter leurs cœurs qui battent au rythme des bombes, des tirs et des cris…

J’ai laissé des enfants qui veulent prendre le large avec leurs petites familles, pour se retrouver sur la terre ferme, quémandant un peu lait, de liberté, ou tout simplement finir comme moi…

J’ai laissé des enfants apprendre à manipuler des kalachnikovs par leurs parents, je ne comprends pas pourquoi…

J’ai laissé des enfants comme moi qui sont nés dans la peur, ils ne connaissent pas autre chose…

J’ai laissé beaucoup d’enfants comme moi, et maintenant que mon petit corps gît sur un sable doré…, je peux témoigner…

J’ai vu de mes propres yeux des chaines de télévision qui ne diffusent que du feu, du sang et de la haine…

J’ai vu de mes propres yeux des chaines de télévision animer des débats comme pour dire, il faut encore des morts et des morts…

J’ai vu de mes propres yeux des chaines de télévision ne jamais diffuser des dessins animés, parce qu’ils ne font que compter les morts et les morts comme pour dire, il en faut plus…

J’ai laissé beaucoup d’enfants comme moi, et maintenant que mon petit corps gît sur un sable doré…, je peux témoigner…

J’ai vu de mes propres yeux des hommes scander le nom d’Allah et appuyer sur la gâchette, je ne sais pas pourquoi…

J’ai vu de mes propres yeux leurs adversaires scander le nom d’Allah et appuyer sur la gâchette, je ne sais pas pourquoi…

J’ai vu de mes propres yeux tout le monde scander le nom d’Allah et appuyer sur la gâchette, je ne sais pas pourquoi…

J’ai vu de mes propres yeux beaucoup de guerres dans une même guerre, des guerres qui durent depuis 14 siècles, je ne sais pas pourquoi…

J’ai vu de mes propres yeux ces guerres rapporter des milliards et des milliards et je je ne sais pas pourquoi, par contre je sais que mon petit corps n’est rien devant ces milliards…

J’ai vu de mes propres yeux des jeunes arrivés de partout, comme des fauves attirés par l’odeur du sang, je ne sais pas pourquoi…

J’ai vu de mes propres yeux  tout, sauf l’amour, le sourire, la vie…

Je ne sais pas pourquoi et je ne comprends rien parce que tout simplement je suis un petit enfant…

J’ai vu de mes propres yeux beaucoup de choses…

Maintenant que mon petit corps gît sur un sable doré, maintenant que ma petite photo est devant vous, mon petit corps aussi…, je vous demande d’oublier pour un instant mon petit corps et apprécier cette belle photo, elle est agréable. Une petite eau paisible scintillante qui déverse sur un sable doré de petites vagues d’une couleur immaculée, couleur de la paix… Moi on m’a volé ma vie… Appréciez à ma place…

Je vous demande de sentir cet air empreint de liberté, qui caresse mon petit corps… Moi on m’a volé ma vie… Faites le à ma place…

Je vous demande de cesser de verser vos larmes sur mon petit corps, qui abondent de tout part, parce que j’ai encore besoin de ma petite photo pour la dédier…

Je la dédie à ces journalistes qui ne savent que compter les morts et les morts, qui placent les blessés dans une salle d’attente en attendant d’allonger la liste, qui ne connaissent point d’autres informations que la mort et la mort… Je leur demande d’afficher ma petite photo dans leurs luxueuses chambres à coucher, de bien regarder mon petit corps gisant sur le sable juste avant de se coucher et crier victoire !!!

Je la dédie à ces grands dompteurs, qui dressent des fauves sauvages, juste pour tuer et rien d’autre, qui ne cessent de souiller nos petits écrans avec le sang et la haine… Je leurs demande d’afficher ma petite photo dans leurs luxueux plateaux de télévision, de bien regarder mon petit corps gisant sur le sable juste après leurs « cours magistraux » et crier victoire !!!

Je la dédie à ceux qui affluent à notre pays juste pour tuer et rien d’autre… Je leurs demande d’afficher ma petite photo dans leurs petites tentes de misère, le luxe est pour les commanditaires, de bien regarder mon petit corps gisant sur le sable juste avant d’appuyer sur la gâchette et crier victoire !!!

Je la dédie à ceux qui essayent de régler leurs différends sur mon dos, politiques ou autres, de vendre ma mort à prix d’or… A ceux qui dressent leurs plumes ou leurs claviers contre l’amour de l’autre, le respect de l’autre, la convivialité, la tolérance… Je leurs demande d’afficher ma petite photo là ou ils veulent, de bien regarder mon petit corps gisant sur le sable et crier victoire !!!

Par contre…

Je ne dédie pas ma petite photo à mon père… Il a épuisé toutes ses énergies, je ne veux pas le faire souffrir encore plus…

Je ne dédie pas ma petite photo à ma mère et mon frère…, ils sont tout simplement morts…

Je ne dédie pas ma petite photo à ma famille et à mes amis…, je sais qu’ils n’ont pas la force de la regarder…

Je ne dédie pas ma petite photo à mes amis restés en Syrie…, je veux qu’ils gardent encore espoir…

A vous aussi je ne dédie pas cette photo…, vos larmes ont assez coulés…, je ne veux pas vous faire souffrir encore plus…

Je vous demande tout simplement de tourner la photo et d’écrire quelques mots à ma place, je suis petit enfant et ne sais pas toujours pas écrire, je suis juste un corps inanimé je ne pourrais jamais écrire:

Dédicace:

A ceux qui m’ont pleuré…, à ceux qui ont ouvert leurs cœurs à mes petits amis, à ceux qui pensent à ces milliers de sans abris, qui sillonnent les autoroutes, les chemins de fers…, avec leurs enfants dans leurs bras, à ceux qui croient dur comme fer en l’amour, la paix, la tolérance… Je vous aime…

Aylan
 




Rif | Maroc | Marocains du Monde | Monde | Sports | Culture | Opinions | Vidéos | En Continu | Autre | News TV | Apprendre le rifain






Document sans nom