Rif

LE RIF AUTONOME, DU 1er FÉVRIER 1921 AU 27 MAI 1927 ( Mohsin Ouazzani *)

Publié le 12 décembre 2016 à 17:45 LE RIF AUTONOME, DU 1er FÉVRIER 1921 AU 27 MAI 1927 ( Mohsin Ouazzani *)

Les batailles les plus célèbres de l’histoire du Rif contre le colonialisme espagnol sont celles de l’Aaroui, Dhar Ubaran et Anoual en 21 juillet 1921. Apres cette grande bataille triomphale, le 1er février 1923, la République du Rif fut fondée par son leader charismatique, Mohamed, fils d’Abdelkrim Al-Khattabi, avec Ajdir comme capitale, Tarifiṯ comme langue et l’Islam comme religion. Sa population était d’environ un million d’habitants.

Les guerriers rifains partaient aux batailles sous les youyous et les chants des femmes, comme ils revenaient sous les youyous des braves femmes rifaines qui avaient participé aussi à la bataille d’Anoual, dont on parle dans les poésies et, jusqu’à l’heure actuelle, les chanteurs interprètent ces poésies comme « jahdante hata tiniba ».

En 1925 toutes les forces coloniales se sont réunies pour combattre la république de RIF de Mohamed fils d’Abdelkrim Al Khattabi. Il était le symbole de la résistance insaisissable. Il se rendit en 1926 pour éviter un génocide.

Malheureusement rien ne pouvait arrêter les criminels de guerre ; ils ont continué à bombarder les villages du Rif avec du gaz moutarde. En une seule année, entre 1926 et 1927, il y a eu plus de 250 000 morts et aucun chiffre crédible ne peut être avancé. Des centaines de tonnes de bombes, dont celles à gaz moutarde, ont été́ utilisées par les forces coloniales contre la population civile.

Ce fut un véritable génocide que les Etats coloniaux ont commis contre les Rifains. Il faut rappeler que cette zone du Rif est la plus touchée par le cancer des poumons. Les Rifains paient le prix d’un désastre contre l’humanité́, commis par les colonisateurs espagnols et français, qui ne veulent toujours pas reconnaitre leurs crimes contre les tribus de Rifains. Il n’existe pas de famille au Rif, qui n’a pas perdu un proche, victime d’un cancer causé par le gaz moutarde, même après 90 ans.

Arrivera-t-il le jour où les Etats responsables de ces génocides contre le peuple rifain, auront le courage et la volonté́ de reconnaitre leurs crimes, et de sortir de ce silence qui a duré presque un siècle ?

*Extrait du livre « Mouvement avorté » signé Mohsin Ouazzani

 

Restez en contact avec Rifonline.net en cliquant sur J’AIME de notre page Facebook

Pour partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.